Lettre Ouverte
----------------------------------------------

Ceux qui suivent sont des lettres ouvertes que Riyoko Ikeda a écrit pour ses lecteurs et pas seulement.
 


Lettre Ouverte

Edité par Enju

Jeudi 28 avril 2011

La catastrophe sans précédent qui a frappé les régions de Kanto et Tohoku a laissé une blessure plus profonde que jamais dans le cœur non seulement des victimes de cette catastrophe, mais aussi de ceux qui ne sont pas directement impliqués.

Beaucoup ont continué à se demander comment il était plus juste de se comporter si leur conduite était pas déplacé, s’ il y avait quelque chose qu’il pouvaient faire et, submergé par la peur de la tremblements et le spectre des radiations, ils ne sont pas en mesure de retourner à la normale.

Même parmi les personnes qui étaient autrefois amis restent des fractures profondes.

Pourquoi même parmi ceux qui ont été épargnés par cette catastrophe doivent avoir des querelles, des rancunes, des fractures de ce type ? A cette pensée, je me sens profondément attristé.

Mais, d'autre part, la prise de conscience que le Japon pourrait aller à pic à moins que nous unissons nos forces a donné naissance aussi à un grand sens de solidarité.

Le vrai défi commence maintenant.

Je suis convaincu que ceux qui ne sont pas touchés par cette calamité à une grande tâche à accomplir.

J’ai dû passer ce mois et demi avec une expression sombre sur mon visage, entouré par des voix que, soit si j’ admirai les fleurs, si j’ assistai à des manifestations sportives, si je suis allé au concert, ou même si je m’j'exerçai dans le chant, n'ont fait que répètent sur mon épaule « Tu pense que c’est le moment de faire une telle chose? », «c’ est quelque chose dépourvue de bon sens », « ça serait a d'éviter » , mais voir que ceux qui disent ces choses à haute voix maintenant, comme si rien n’était arrivé, participe à des cours de chant, va à Disneyland et assiste à des événements sportifs me remplit encore plus triste. Une calamité peut blesser les sentiments des gens d'une autre façon.

Ce jour - là, le 11 Mars, ils m’attendent pour la répétition générale du premier travail réalisé par moi, le « Fortunio ».

Je me suis précipité au théâtre sans avoir même pas le temps de me soucier de mon studio, méconnaissable par le choc violent: comme je le craignais, la scène était impraticables à cause des divers objets qui étaient tombés de haut, et donc les répétitions prévus pour ce jour - là ont été annulées.

Étant donné que certains membres ont été bloqués pendant des heures dans le train, la programmation pour le lendemain ils étaient en danger.

Heureusement, après les contrôles stricts effectués par le théâtre, nous avons reçu le feu vert pour aller sur scène, même si nous avons continué à nous tourmenter en nous demandant si on devait monter ou pas sur scène.

Finalement nous avons réussi à monter sur scène le 12 et le 13, mais nous ont pu le faire juste parce qu'il était ce jour - là, si ça aurait été plus tard dans les dates ça aurait été très difficiles de monter sur scène dans une tempête de « auto-restrictions ».

A la pensée qu'il y avait des spectateurs qui, en dépit de la paralysie des transports urbains, ils ont pris la peine de venir au théâtre par une longue promenade, j’étais émue par la chaleur montré et j’ai pensé que mon œuvre « Fortunio » était, comme son nom l'indique, « chanceuse ».

Aussi si par la suite j’ai été forcé de vivre au milieu d'une sorte de censure menée par des gens qui se sont déchaînés en me donner d’ « irrespectueuse » simplement pour avoir utilisé des mots tels que « par chance » ou « heureusement », je ne peux pas faire moins de noter encore une fois la force possédée par la culture et la musique en toutes circonstances.

Il y avait aussi des emplois qui ont été annulés ou reportés, mais j'ai le sentiment que enfin les gens autour de moi ont retrouvé le calme et qu’ils commencent à revenir à la normale.

Le fait que la conférence du 27 Mars au Kyoto International Manga Museum, que j'étais convaincue qu'il serait annulé, sera finalement tenue régulièrement m'a vraiment infusé une grande force et du courage.

Bien que la ville de Kyoto, sans la présence des nombreux touristes étrangers qui affluent normalement à cette période, avais un air solitaire, a rassemblé un nombre de spectateurs que la salle pouvait à peine tous les contenir, et la conférence a eu lieu dans une ambiance chaleureuse.

Un grand merci à tous ceux qui sont venus ce jour - là !!

Ikeda Riyoko

Lettre Ouverte

 

Edité par Teresa

Lundi 21 mars 2011

Dans ce gros tremblement de terre les dégâts ont été incroyables et répartis un peu partout.

Nous sommes profondément attristés à la pensée des jours amers qui doivent passer toutes les personnes touchées par les pertes et leurs familles. S'il vous plaît ne perdez pas espoir, continuez à être forte.

Nous tous voulons exprimer notre sincère chagrin et essayer de fournir toute l'aide possible.

 

 

 
This template downloaded form free website templates